Entretien: LA VISION DU GOUVERNEUR 2018/2019 TEWFIK HADJ SLIMAN

Q/ A quelques semaines de votre prise de fonction de la charge du Gouverneur, il serait interessant pour les Lions d’Algérie, de découvrir, sinon mieux connaitre leur Gouverneur.  Monsieur Hadj Slimane présentez-vous  à nos lecteurs Lions…

Médecin de formation, diplômé en néphrologie (Paris), et en recherche clinique sur les médicaments(Paris) avec quelques brevets internationaux dans ce domaine. Après un passage d’enseignant pendant 4 ans, à la Faculté de Médecine d’Oran, installation  dans le privé à Relizane. J’y exerce à ce jour. J’habite Oran.

Marié, père de 2 enfants, Réda, Docteur en immunologie, chercheur à Paris, et Yasmine diplomée en cosmétologie biologique (Paris). 

Q/ Qu’est ce qui vous a incité à devenir Lion ?

Dans les années 80, je fréquentais un groupe d’antiquaires à Oran , dont l’un deux, Maxime PORCHER,  était Lion. Il m’a sollicité un jour pour un don pour son association que je ne connaissais pas. Je l’ai fait sans hésiter. Après plus d’un an, il m’a proposé de devenir membre de son club, Oran Méditerranée. J’ai accepté ; il m’a parrainé. J’en  suis toujours membre depuis 1986 . J’ai occupé différentes fonctions au niveau du club , de la région et du district .

Q/ Parlez nous de votre parcours dans le lionisme.

  • secrétaire, trésorier,  président du Club  
  • Président de région (2008-2009)
  • Président de diverses commissions nationales
    • du district : entre autres
      • management de la conception et réalisation en 2015 de la bannière
      • et de la rédaction de la revue et annuaire
    • du club : entre autres,
      • sight first : Initiateur des cannes blanches électroniques en partenariat avec le club Paris Montmartre 2006
    • Melvin Jones en 2007
    • puis deuxième et premier vice gouverneur

Q /Les mois de juillet et août, qui coïncident avec le début de votre mandat, sont des mois de vacances où l’activité caritative est généralement en stand bail. Que ferez-vous durant ce bimestre estival ?

je vais commencer par préparer l’année lionistique avant même le mois de juillet , afin de ne pas être tributaire d’un timing étroit

Q/ A qui et à quoi sert un Gouverneur ?

 Nous sommes un ensemble de clubs sans liens les uns avec les autres. Les objectifs du Lionisme sont connus, les outils existent. Le gouverneur avec son équipe  ont   pour tâche d’optimiser ces outils et personnaliser les objectifs , de créer des liens entre les différents clubs, et les orienter vers certains objectifs communs.

Q/Que représente pour vous   être Gouverneur et appréhendez vous la difficulté de la tâche ?

Etre gouverneur est un aboutissement naturel, si la conviction Lionistique est profonde.  Certes, des difficultés existent, mais le résultat n’en sera que plus passionnant et la satisfaction plus grande 

Q/Quelle est votre  réflexion sur la gouvernance d’une manière générale ?

il est une chose fondamentale qu’on apprend dans le lionisme : l’esprit d’équipe et la tolérance. C’est sur ces bases que la gouvernance doit être menée. L’objectif final est la valorisation de tous les membres.

Q/Ces 2 années comme 2eme et 1 er vice Gouverneur, vous ont permis d’être en quelque sorte en immersion dans  le Lionisme algérien et de relever les difficultés auxquelles les clubs sont confrontées. Quelles sont les mesures que vous envisagez de prendre  pour relancer la machine qui manifestement, est grippée ?

Ces 2 dernières années n’ont pas été particulièrement bénéfiques sur le plan de l’implication dans le district, faute de propositions concrètes. Certes, le siège international propose une feuille de route pour les vice- gouverneurs ; charge, aux gouverneurs d’en proposer concrètement  une  version adaptée,  locale. C’est l’une des raisons pour laquelle les  actuels vice- gouverneurs et moi même avons pris la décision de concevoir un programmes sur 3 ans, dans lequel  ils seront automatiquement impliqués à tous les niveaux.  

Q /Dans la continuité,  voudriez vous rappeler, voire dévoiler à nos lecteurs, les priorités de votre mandature.

  • Maintien des effectifs:
  • par une ‘’osmose’’ entre clubs par la sensibilisation à la mise en place d’actions interclubs.
  • par une formation de proximité des membres, lors des réunions statutaires ou autres
  • Développement des effectifs: par la médiatisation  et la valorisation de l’image des Lions
  • Développement d’actions nationales visibles : diabète, autisme..
  • Mise à jour et développement des grandes actions déjà réalisée : radard, lumière au bout des doigts, formation des mères d’enfants diabétiques….
  • Solliciter les financements de la LCIF
  • donner plus de visibilité à nos actions à l’étranger(Maghreb, Afrique, …)

Q/Ce  n’est pas trahir un secret que de constater que malgré les bonnes dispositions d’esprit ,  les mauvaises appréciations des contraintes, ont fait  que peu de Gouverneurs aient réussi à mener à bonne fin leur programme d’action. Comment allez-vous procéder pour réaliser durant votre mandature, l’ensemble des objectifs que vous vous êtes assignés?

En effet cela est une réalité. Une solution devait être apportée à cette situation. Comme je vous l’avais dit plus haut, nous avons,  avec les 2 vice-gouverneurs élus actuels,  initié un package de programme étalé sur 3 ans. Cela supprimera de facto la notion de mandature inachevée. Le résultat obtenu sera le sera le résultat de tous les trois, et de tous les Lions.

Q/ L’expansion du lionisme ne semble plus être au cœur des préoccupations des Gouverneurs, mais de plutôt de tenter de limiter les pertes des membres. Faut –il comprendre que la réanimation du lionisme qui  a disparu de plusieurs villes d’Algérie où il était pourtant implanté de longue date, est impossible en l’état actuel des choses ? Sinon comment expliquer les difficultés à relancer des clubs dans des villes comme Annaba, Bejaia, Tizi – Ouzou ou encore Mostaganem. Ici 2 problèmes sont à soulever :

Pour la limitation des la perte des membres, la  formation est nécessaire afin  d’augmenter l’implication et la motivation des membres. L’analyse et la communication  des causes de pertes doit être  effective dans tous les clubs. Nous avons mis en place cette année un conseil des sages où siègent tous les past- gouverneurs ; leur mission serait entre autres d’aider à solutionner les problèmes qui peuvent surgir au niveau des clubs.

Pour créer de nouveaux clubs, surtout dans d’autres villes, il faut d’abord ‘’redorer’’ notre image, par les différents moyens de communication, et par la qualité et la visibilité de nos actions. D’autre part nous allons éditer cette année un ‘’curriculum’’ des Lions d’Algérie. Celui-ci retracera notre parcours et nos objectifs. Il  nous servira de ‘’carte de visite’’, pour les futurs membres et nos donateurs. Je pense qu’avec la continuité que nous avons programmée  avec les vice-gouverneurs, nous aurons une nette amélioration de notre effectif, aussi bien Lion que Leo.

Q/ Quelles mesures efficientes convient-il de prendre pour éviter ou du moins de diminuer les déperditions des membres et la disparition des clubs, notamment universitaires et Leos.

Les Lions, Lions Universitaires, Leos,  sont tous des volontaires dans un bénévolat non subventionné. Il va de soi que nous devons nous prendre en charge individuellement sur certaines questions matérielles. C’est la moindre des choses. S’il y a d’autres écueils, il faut  en décortiquer  toutes les  causes et chercher  des solutions adéquates et équitables.

Q/Le Lion club d’Algérie peut se targuer d’être l’une rare association algériennes à donner la représentation qu’elle mérite à la femme. Votre prédécesseur était une femme et dans deux ans ce sera de nouveau une femme qui sera aux commandes. Quels sont vos sentiments à ce sujet ?

Comme dit le poète, ‘’la femme est l’avenir de l’homme’’.  Les femmes sont travailleuses et efficaces. Nous avons encore besoin de clubs féminins. Nos voisins Marocains et Tunisiens sont plus avancés à ce sujet.

Q/Sur le plan financier et notamment de la trésorerie, tous vos prédécesseurs se sont  plaints  du retard récurrent,  voir du non-paiement des cotisations par certains clubs. Quelle conduite vous semble la plus appropriée pour les sensibiliser à accomplir leur devoir ?

Nous sommes tous, Lions, Lions Universitaires, Leos, des volontaires dans une structure de service à autrui  non subventionnée. Il va de soi que nous devons nous prendre en charge individuellement sur certaines questions financières. C’est la moindre des choses. Sans les moyens financiers des cotisations nous ne pourrons atteindre nos objectifs, ni ‘’redorer notre blason’’ .Là encore, la sensibilisation,  la formation, l’information, la visibilité, la cohésion interclubs, seront utiles pour que le reflexe de la cotisation devienne spontané.

Q/. Que pouvez-vous dire sur l’apport de la formation pour un lion. Pour  l’individu d’abord, ensuite pour le membre ?

La formation, c’est le socle du Lionisme. Elle enrichit le parcours individuel ; elle permet  de s’auto-évaluer et de mieux maitriser ses moyens. Comme disait JP SARTRE : ‘’faire et en faisant se faire et n’être que ce qu’on fait’’.

En tant que membre, elle développe l’esprit d’équipe, le partage, et le surpassement du ‘’soi’’.

Q/La charge de Gouverneur qui implique une disponibilité permanente et totale pour assurer autant que faire se peut cette tâche, empiètera votre vie privée, notamment familiale. Comment ferez-vous pour gérer les contraintes de cette situation ?

Ce sera un travail, d’équilibriste, que  je pense cependant gérable. C’est l’une des raisons pour laquelle  je commence à préparer mon année dès ce mois.

Q/Pensez-vous  que le lionisme est pérenne en Algérie et dans l’affirmative comme l’installer durablement dans notre société.

 Nous sommes un jeune pays. Cela n’a pas empêché l’Algérie d’être le premier pays Africain à intégrer  le  lionisme, et de toujours exister. Les mentalités ont  cependant  subi des perturbations socio culturelles. Charge à nous de donner l’image positive de notre implication dans la société. C’est le travail de tous les Lions. 

L’équipe 2018/2019

Q/ Comment changer le regard de la société algérienne généralement mal informée sur les Lions et rendre notre association plus empathique?

C’est ce que je disais à l’instant . C’est le travail de tous les Lions.  Mais nous allons aussi matérialiser cela   par les moyens MEDIA et  par la diffusion de notre ‘’ Curriculum’’

Q/ Vous n’êtes pas sans savoir que les situations conflictuelles  sapant l’esprit et les valeurs qui habitent les bénévoles, peuvent  mener l’association à une crise majeure aux conséquences dommageables pour le lionisme en Algérie, sont enregistrées ici et là. Souhaitez-vous passer un message à ce sujet ?

Le bénévolat tel que formulé par le lionisme, n’est pas habituel en Algérie. Il nécessite de la rigueur, de la formation, de l’information, de l’humilité, de la tolérance, de l’acceptation de la différence, et de l’esprit d’équipe. Bien qu’innées chez de grands esprits, toutes ces valeurs ne peuvent être développées que dans des structures comme la notre. Le lionisme est une grande école de mieux être. Le Lionisme est valorisant.

Q/Quelles sont les peines et les moments poignants ou douloureux auxquels vous avez  été confronté ou auxquels vous avez assisté en tant que Lion ?

Le décès de nos amis Lions, laissent des cicatrices indélébiles, tant nos liens sont forts. La démission  de certains de nos membres marque à jamais nos clubs.

Q/ A contrario, depuis  que vous êtes lion (hormis votre  élection à la Vice Gouvernance) quels sont les moments les plus forts, les joies, et les souvenirs marquants qui vous viennent spontanément à l’esprit ?

Un nouveau membre, un nouveau club, le regard, le sourire et la joie de ceux qui ont bénéficié de nos actions.

Q/Avant de clore cette série de questions qui auront peut être permis de dévoiler une partie, non pas secrète mais du moins méconnue de votre  personne,  de votre  personnalité, et surtout de votre vision du lionisme, projetons nous dans un futur proche. Nous sommes fin juin 2019. Votre mandat a pris fin, vous passez le flambeau à Mohamed BENMOUSSA. Qu’aimerez vous que l’on dise de vous  et corollairement de votre mandat ?

Je ne passe pas le flambeau à Mohamed Benmoussa , ni à Malika Bouri, nous avons pris le soin de le porter ensemble. C’est le début de ce qu’on souhaite être un changement.

AIDEZ NOUS, TOUS.

Q/ Pour finir quelle est la question à laquelle vous auriez souhaité répondre et qu’on n’a pas posé ?

je pense que notre mouvement évolue  en deçà de notre potentiel, qui très très important. Charge à nous de le valoriser. 

Entretien réalisé par Farid GHILI