CONTRIBUTION POUR LA LUTTE CONTRE LE DIABETE PAR LE LIONS CLUBS ALGERIE

(Dr M. MOKRANI  Past District  Gouverneur)

Innombrables ont été,sans doute, au cours des siècles passés les diabétiques. Mais tous ont disparus sans se douter de la nature du mal qui les emportait.C’est le rôle de l’histoire d’analyser toutes ces civilisations éteintes à jamais.L’historique du diabète tient compte de récits descriptifs et de la transmission orale de la maladie sans pour cela l’étiqueter.

Au cours des temps de nombreux éléments rapportés plaident aujourd’hui cliniquement en faveur du diabète.

Le diabète est certainement une maladie qui a, le plus intéressé la médecine de tous les temps car ces manifestations sont dramatiques avec une évolution rapide, fatale, contrastant avec l’absence de tout signe organique.

Dès l’antiquité nous retrouverons des manuscrits médicaux rapportant « une soif intense » avec une polyurie.

Il y a moins de dix-mille ans la révolution néolithique introduit la culture et l’élevage. Le choix alimentaire et la sédentarisation induisent des affections inconnues jusque là. La révolution industrielle du siècle dernier aggravera cette dérive.

C’est Arétée de Capadoce  qui lui donne le nom le « diabète » c’est a dire un mot qui signifie « passe à travers » (les liquides ingérés passaient de suite dans les urines).

Pendant mille cinq cents ans, on croyait à la thèse du facteur causal rénal (théorie de Galien).

Seule la médecine orientale au XVIIIèmeplaçait le caractère sucré et mielleux comme symptôme.

Les urines étaient sucrées. L’avènement de la chimie et de la biochimie mettra fin à toutes les théories préexistantes, la recherche permettra les progrès énormes que nous connaissons tous aujourd’hui.

Lutte contre le diabète 

Le diabète est une maladie chronique fréquente qui touche actuellement 150 millions de personnes dans le monde.

En Algérie, on compte plus d’un million de diabétiques dont 10% sont de type 1 (diabète insulinodépendant), le reste est de type 2 (diabète non insulinodépendant).

Le diabète est un état d’hyperglycémie chronique, c’est-à-dire une concentration excessive de glucose dans le sang qui résultent de nombreux facteurs environnementaux et génétiques agissant souvent de concert.

La complète participation du patient est indispensable à la prise en charge de la maladie notamment pour la surveillance et le traitement. La gravité du diabète tient à ses complications, longtemps silencieuses. Elles sont diagnostiquées généralement trop tard à un stade avancé où les complications sont irréversibles. Or ses complications ne sont pas une fatalité, elles peuvent être évitées par un diagnostic précoce.

Le Lions Clubs District 415 Algérie organise des manifestations scientifiques, éducatives et sportives pour venir en aide aux diabétiques par un programme de solidarité nationale et de lutte contre le diabète dont sa complication majeure est l’atteinte rétinienne induisant la cécité. Des compagnes de dépistage du diabète sont organisées annuellement à travers le territoire national par notre mouvement associatif.

Un traitement personnalisé et un suivi médical planifié ainsi qu’une hygiène de vie s’impose pour prévenir toutes ces complications chez le diabétique.

Les complications qu’ils engendrent sont ophtalmologiques, rénales, cardiovasculaires et neurologiques, d’ou le slogan « bon pied bon œil ».