Au cours de mes  multiples déplacements, le timing très serré, laisse très peu de temps au contact humain tel que je l’aurai souhaité. Mais je m’évertue, toutefois,  à profiter  de quelques temps, hélas fugaces  pour établir des relations directes et pousser la  discussion avec les lions. Dans cette optique, j’ai eu le plaisir d’entamer mes visites de clubs dans la région Ouest, par le club El Bahia ; un club exemplaire dans  son fonctionnement et sa gestion rigoureuse porté par des dames très actives et chaleureuses, avec qui  j’ai passé un agréable moment.

L’un des  sujets récurrents des discussions avec les Lions,  porte sur l’incertitude quant à l’avenir du  lionisme en Algérie. Ce questionnement est sans doute dû à la disparition de quelques clubs et à la désaffection, temporaire ou définitive,  de  membres.

En 1922, le Gouverneur A. Baker écrivait déjà : « Au cours de ma vie j’ai vu des organisations fondées sur de grands idéaux s’effondrer d’une même  inanité. J’espère que ce sera pas le cas du lionisme ».

On connait tous la suite de cette extraordinaire aventure

Si les lions ont résolument conservé cette orientation , jusqu’à devenir  la première organisation  non gouvernementale au monde, c’est parce qu’ils ont  appliqué le postulat, qui voudrait que  si l’amitié est la base du lionisme, le service soit une obligation.

Service!  un  principe fondamental de notre mission qui  est dévolue, essentiellement,  aux structures de base, en l’occurrence les clubs.« Un club qui ne fait que se retrouver pour partager un repas a échoué  à répondre à l’appel à servir iinscrit dans les principes mêmes de notre grande et généreuse organisation »,   avait  avertit en son temps le Président International Irving Camp.

Un club se nourrit et tire sa force  de ses membres, à l’instar de l’animal ruraliste, qui travaille, mange et souvent, se  mange. Comme il n’est pas toujours facile de trouver un équilibre entre sa vie de famille, ses activités professionnelles, ses loisirs et ses engagements dans le lionisme, la lassitude ne tarde pas à montrer le bout de son nez.  Ceci pourrait  expliquer, en partie, les déperditions des effectifs. Ce serait  donc, irraisonnable d’éluder cette problématique.  En dépit de ces contraintes objectives, la  majorité de nos clubs fait preuve de vitalité  en opérant  sur le terrain, ce qui fortifie  ma conviction que le lionisme a encore de beaux jours devant lui en Algérie.

Ce quatrième N° du bulletin mensuel de notre District,  fait la part belle à  la lutte contre le diabète,  à l’occasion du mois de lutte contre cette pathologie, ce explique que plusieurs pages de ce numéro pages lui consacrées ; la formation n’est pas en reste avec de l’IRFL d’Oran, où durant trois jours, j’ai partagé des moments forts  qu’il est « difficile de transmette, car ce que vous avez vécu et ressenti, les mots ne peuvent pas décrire la richesse de ces moments, pour comprendre, il aurait fallu y être » pour paraphraser le message de notre Président International. Ces deux événements ne sont qu’un aperçu  du  foisonnement d’actions vivifiantes,  de la part des clubs et leos. Ce Numéro, s’affiche  donc, comme un exceptionnel kaléidoscope des actions, notamment en matière de santé, réalisées  ces dernières semaines. Certaines,  relativement importantes,  associent plusieurs clubs ;  d’autres, plus simples, sont gérés par les clubs seuls. Je sais également que des actions d’une grande ampleur  se profilent, en attendant leur concrétisation prochaine.

Je suis ravie que les présidents de Régions et de zones s’impliquent  également dans la réalisation d’actions  à la fois sociales et culturelles. Comme vous le savez, j’accorde une grande importance à donner plus de visibilité aux lions d’Algérie.  C’est pourquoi j’encourage les régions, les zones et les clubs (y compris lions universitaires et Leos) à investir le terrain, en organisant des sorties publiques. Ces virées permettront par ailleurs, de consolider la cohésion  et d’affirmer l’esprit de groupe. La Région centre, a montré  l’exemple,  en organisant coup sur coup, deux sorties : l’une , est une «balade » en mer  avec  restauration et animation musicale, en collaboration avec la direction de la pêche de la wilaya d’Alger,  à l’adresse des personnes âgées du centre de Sid Moussa, l’autre, est  une excursion culturelle dans la perspective du développent du tourisme solidaire  en Algérie,  en association avec le groupe Histoire et Patrimoine de l’Algérie (HPA) administré par un  ami d’Alger Liberté, en allant à la découverte de  la Qalaa Bni Rached (W Relizane), une cité si riche en histoire et pourtant si méconnue.

Je ne terminerai pas ce message, sans remercier les membres de la Commission Bulletin et Site Web, pour les remarquables efforts  accomplis, afin de faire paraitre ce N°, avant la  journée mondiale  de lutte contre le diabète, qui a lieu le 14 novembre.

Meriem HAMDANE

Gouverneure 2017/18

District 415 / Club Alger Liberté

 

RENFORCER LE SERVICE 

 

www.lionsalgerie.org