MAGIQUE ALGERIE  PARTIE 2: LE TASSILIT N’AJJER

L’Algérie foisonne de sites, historiques, naturels, archéologiques ou  de toutes les époques.  Ces merveilles ne demandent qu’à être découvertes par les visiteurs qui ne manqueront pas  d’être séduits  par un pays qui n’accorde pas au tourisme l’intérêt qu’il mérite et qui ferait de lui, une destination phare  par excellence, à l’image de ses voisins, pourtant moins bien nantis par Dame nature 

Parmi ces merveilles,  sept ont été classées par  l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité

La Qalâa des Béni Hammad classée en 1980; Tassili n’Ajjer classée en 1982; Djemila classée en 1982; Timgad classée en 1982; Tipasa classée en 1982; Vallée du M’Zab classée en 1982; Casbah d’Alger classée en 1992. Aujourd’hui la 2 ème partie de notre panorama est consacrée au TASSILI N’AJJER

Le Tassili N’Ajjer  ( « Plateau des rivières » en berbère) est un immense plateau situé au Sud-est de l’Algérie aux confins de la Libye, du Niger et du Mali est considéré comme le plus grand musée à ciel ouvert.

Musée à ciel ouvert ! Jamais formule n’est aussi avérée.

Ce grandiose musée naturel est certainement le plus spectaculaire au monde.  Son immensité  nous rend si minuscule, si inutile, et si impuissant devant cette vastitude mystérieuse. Admirer la nuit sa voûte céleste et subir, le jour, son soleil empyréen plus lumière que couleur, jamais beauté ne ressemblera autant à une promesse de bonheur.

Visiter le Tassili N’’ajjer c’est tomber avec ravissement, dans cet extraordinaire infini horizon, témoin de l’origine même de l’homme,  qui  offre une trace  unique des grandes civilisations nées avant même, la construction des pyramides.

Entre la foret géante de rochers  de grès érodés enchevêtrés et les lits d’oueds à l’endormissement trompeur, des dizaines de fresques et de gravures rupestres racontent aux voyageurs l’histoires des civilisations néolithiques et leurs croyances.

Des grands canyons, aux parois recouvertes  de dessins rupestres, aux vastes étendues  d’erg et de reg  on ne peut résister à cette fascination envoûtante  qu’exerce sur nous,  l’infini  Tassil N’ajjer. .

 

 

 

 

 

 

 

Depuis 10 000 ans avant notre ère jusqu’aux premiers siècles, les populations qui se sont succédées ont laissé de nombreuses traces archéologiques, habitats, tumuli et enclos, qui ont livré un abondant matériel lithique et céramique.

Toutefois c’est l’art rupestre (gravures et peintures) qui a fait la renommée mondiale du Tassili à partir de 1933, date de sa découverte. 15 000 gravures ont été répertoriées jusqu’à nos jours.

Peu d’endroits dans le Sahara peuvent en effet rivaliser avec le Tassili N’Ajjer dans le domaine de l’art rupestre. Ce site nous rappelle qu’avant d’être le plus grand désert du monde, le Sahara fut une terre hospitalière et verdoyante

Mais comme le rappelle toutefois l’UNESCO« La conservation de ce  patrimoine culturel naturel, fragile et vulnérable, soumis à des conditions climatiques extrêmes, requiert des impératifs de  socialisation, d’éducation, et de promotion des bonnes pratiques en matière d’utilisation durable de la diversité culturelle et naturelle auprès des  habitants du parc. La gestion de ce patrimoine mondial, tient compte également de la forte valeur régionale du Tassili n’Ajjer comme l’un des éléments essentiels d’une ceinture écologique, qui réunit des espèces animales et végétales de type saharien, tropical et méditerranéen, adaptés aux rigueurs du climat » .

Farid GHILI

Club Alger Liberté

Commission Culture et Sport (district )

Administrateur du groupe Histoire et Patrimoine de l’Algérie

Https://www.facebook.com/groups/HistoirePatrimoineAlgerie