QALAA  BNI HAMMAD

L’Algérie foisonne de sites, historiques, naturels, archéologiques ou  de toutes les époques.  Ces merveilles ne demandent qu’à être découvertes par les visiteurs qui ne manqueront pas  d’être séduits  par un pays qui n’accorde pas au tourisme l’intérêt qu’il mérite et qui ferait de lui, une destination phare  par excellence, à l’image de ses voisins, pourtant moins bien nantis par Dame nature 

Parmi ces merveilles,  sept ont été classées par  l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité

La Qalâa des Béni Hammad classée en 1980; Djemila classée en 1982; Timgad classée en 1982; Tipasa classée en 1982; Vallée du M’Zab classée en 1982; Tassili n’Ajjer classée en 1982; Casbah d’Alger classée en 1992.

Nous entamons notre voyage  dans le temps, par la Qalâa (Al-Qal’aa) des Bni Hammad, le 1 er site algerien classé patrimoine mondial.

Fondée en 1007 par Hammad Ibn Bologhine, elle a été définitivement détruite en 1152 par les Almohades. Elle est située à 35 km environ à l’Est de M ‘Sila, au flanc Sud du djebel Maadid, au Nord des plaines de Hodna . Ce patrimoine pluri séculaire enserré au cœur de magnifiques paysages naturels que surplombe le mont Takerboust culminant à 1 418 m et le mont Goraïne, a connu un important rayonnement culturel, scientifique et commercial, jusqu’à la conquête Almohade  en 1152, qui marquera sa ruine définitive. Son déclin a été amorcé par l’arrivée des Bni Hillal en 1062.   En 1185  l’irrédentiste Almoravide, Ali Ibn Ghaniya, y pénètre après un siège de trois joursdans  ce qui est désormais, une petite ville sans intérêt.

La Qalaa est symbolisée par son minaret toujours debout, en dépit de l’usure du temps, des séismes et de la

bêtise humaine, comme pour défier le temps …et les hommes.

C’est ce minaret, notamment sa façade Sud  (notre photo) qui servira de modèle  et influencera substantiellement  l’architecture des minarets  dits «  maghrébins » de mosquées célèbres dans le monde, telles que la Koutoubia de Marrakech ou la Giralda de Séville.

Mais la Qalaa des Beni Hammad recèle d’autres vestiges, comme  la forteresse militaire (donjon) située au point culminant au bord d’un précipice; le palais de la Mer  (ksar el bhar) qui doit son nom à un vaste bassin qui aurait été le théâtre de joutes nautiques ; le palais de l’Etoile, le palais du Salut (salem) et le palais du Manar que le sultan Ennacer aurait construit pour sa bien-aimée la princesse Bellara. Le musée de la Qalaa implanté en aval à Bichari, vaut le détour ne serait ce que pour apprécier les maquettes de reconstitution de la Qalaa des Beni Hammad. C’est d’ailleurs par ce musée, que nous recommandons d’entamer la visite du site.

Crédit photo Abdelouahab DERDER (minaretà la une) et Farid Ghili(maquette)

Farid GHILI

Club Alger Liberté

Membre de la commission Culture et Sport du district

Administrateur du groupe Histoire et Patrimoine de l’Algérie.

https://www.facebook.com/groups/HistoirePatrimoineAlgerie/